Ma fameuse diète: Partie 4

Est-ce que je vous ai déjà parlé de mon endocrinologue? Non évidemment. Il est spécial. C’est le genre très proche de la retraite, celui-là. Il semble comme avoir une double personnalité. En fait, quand tu te présentes à la clinique, c’est lui qui vient te chercher dans la salle d’attente. Je sais pas, mais je trouve que ça se fait rare de nos jours. So t’arrives, pis t’es comme: « Oh wow, y’est donc ben galant! ». Tu rentres dans son bureau. Il s’assoit, se met devant son ordinateur et regarde l’écran avec les yeux fort bien plissés. À partir de là, il te regarde plus. Attention, faut pas l’interrompre dans sa lecture et ne pose pas de questions. Alors, d’après mes deux derniers rapports de pathologies post-opératoires, il est évident que je dois faire un traitement radioactif à l’iode. Cela va permettre de tuer les cellules thyroidiennes restantes et aussi les métastases, s’il y a lieux. Le docteur me dit que je vais devoir suivre une diète faible en iode que je dois commencer 2 semaines avant le traitement et continuer la semaine même du traitement aussi. Rien de nouveau, je savais tout ça. De plus, le traitement exige que je sois en isolation totale pour un max de 3 jours, et que je sois loin des enfants et des femmes enceintes pour 7 jours. Encore là, rien de nouveau. J’avais déjà commencé à préparer mes arrangements avant le rendez-vous.  Il est possible de rester en isolation chez nous, à la maison. Dans mon cas, c’est impossible, j’ai deux petits excités chez nous. J’ai donc demandé à être hospitalisée pour l’isolation totale et je louerais un appartement pour le restant.Le médecin me laisse la dessus-ci et me dit: “I’ll call you”. Pfff right…Moi qui voulait en finir! Je dois attendre son appel pour savoir quand rentrer à l’hopital et quand commencer la diète. Ça va être long. Ça m’a vraiment énervé car je voulais tellement finir avec tout ca. Anyways,  A chaque rendez-vous, le médecin a cette manie de toujours me dire, sur un ton bien paternel : « Don’t worry about it, you just need to relax! ». Yes Doctor I definitely will. J’ai même osé lui demander qu’est-ce qu’il pensait de l’effet anti-cancéreux de l’huile de Marijuana (d’après mes innombrables lectures). Haha, funny me. Et sa réponse est, bien entendu: «You’ll get stoned. You just need to relax». C’est facile les amis, il suffit d’écouter les médecins religieusement et on sera tous heureux.

3 semaines plus tard, je devais commencer la diète faible en iode (oui, le médecin m’a finalement appelé). J’avais fait une petite recherche sur internet pour comprendre la pertinence de la diète. Je m’étais abonnée à pleins de pages sur le Cancer de la Thyroïde et je lisais beauoup. Les informations sortent de partout. Maudit internet, ça en devient incontinent. Au début je m’étais dit: “Nah f*** la diète, c’est impossible à suivre et Ain’t nobody got time for that””. Beaucoup de résistance de ma part et procrastination big time. C’est difficile sortir de sa zone de confort. J’ai donc oublié tout ça. On peut dire que j’ai abandonné avant de commencer. Mais plus le début de la diète approchait plus je me questionnais :”C’est quand même pas la mer à boire.” Il y a comme un coté “survival” en moi qui veut se faire entendre, qui prends tranquillement le dessus, et qui écrase tout le reste (le mauvais reste). Ça c’est nouveau, et cette voix la a une puissance qui me surprend. Et c’est drôle, je l’écoute!

Vous me lisez et vous n’avez surement aucune idée de ce que c’est qu’une diète faible en iode. Laissez-moi vous résumer ça, get ready : Interdiction totale de sel de table, soya, jaune d’œuf, poissons, fruits de mer, tout colorant rouge (ex: sauce tomate, confiture), produits laitiers et surtout toute nourriture préparée de dehors, puisqu’évidemment, tout est salé, donc pas de processed foods. Et moi qui adore les restaurants! J’ai aussi le bec très sucré mais je n’avais droit à aucun dessert de dehors car duh, c’est fait à base de lait, œufs et sel. Le sucré et le salé, ça va souvent ensemble. Je devais aussi me passer de mon bon pain de campagne que j’aime tant le matin. Même l’eau embouteillée est salée. Ça n’e finit plus!

Pour la première fois de ma vie, je commençai à lire le tableau de la valeur nutritive et les ingrédients de CHAQUE produit que j’achetais, no joke. J’étais assez traumatisée par la quantité de sel présente dans la nourriture et à quel point c’est PARTOUT, c’est malade, it’s everywhere! Mon panier d’épicerie était souvent presque vide. Je faisais pitié. En fait, je passais au rayon des fruits et légumes et je sortais. That’s it that’s all. Pas besoin de faire le reste, c’est trop déprimant et j’avais droit à aucun produit transformé anyways. Heureusement il y avait quelques alternatives. J’ai pu utiliser du lait de noix de coco, du sel de table non iodé et du pain sans sel. Pour les dessert, je me servais du chocolat 100% pour les recettes ou les fruits tout court. Je devais préparer mes repas moi-même, moi qui déteste profondément cuisinier. Je pense que vous pouvez comprendre le « F*** la diète ».

C’était intense, tout un challenge! Mais vous savez quoi? I did it! J’ai réussi à tout respecter, no cheat day, not once, je vous le promets. Je n’aurais jamais cru être capable. J’ai tellement abusé de fruits et que j’en étais ballonné, mais ils m’ont sauvé la vie. Croyez-moi, ça été un gros wake-up call. C’était beaucoup plus qu’une diète. Ça a changeait ma vie, Ça me rendait triste un peu de réaliser à quel point je mangeais mal avant. Pourquoi avoir attendu un cancer pour changer? Car effectivement, le cancer, ça change une vie. Tu peux pas rester la même personne, c’est impossible. Sinon, t’as rien compris à la vie. Changer requiert de l’effort, de la motivation, de la volonté et de la discipline, bref, tout ce qu’on veut pas. La discipline, beurk. Dans notre belle société de “pas l’temps”, on choisit la facilité, cause it’s chill and netflix. On préfère commander que cuisinier, procrastiner plutôt que de bouger, regarder un film plutôt que de lire un livre et conduire plutôt que de marcher. Fais que quand t’arrive fièrement avec tes bonnes volontés pour changer, t’as un méchant mur de brique qui te regarde de haut, tellement qu’on est ancré dans nos mauvaises habitudes et que ces dites mauvaises habitudes sont devenu une certaine norme. Donc si tu veux changer, ben t’es pas normale, t’es hipster, “tu te crois qui”. Je le sais que c’est pas facile, regarde moi. Ça m’as pris 30 ans de ma vie. 30 ans mautadine! Je sais, vous allez me dire qu’il n’est jamais trop tard, que je suis encore jeune. C’est triste pareil. On est mal fait des fois.

Changer peut sembler laborieux au début et impossible, mais n’attend pas d’être plus mal pour changer. Ne fait pas comme moi. Il a fallu que je m’assoie deux minute et que je réfléchisse sur comment je peux être mon better self. Fais que j’ai lâché mon téléphone, pris un stylo, ouvert mon beau cahier-de-note-tout-rose-de-winners et j’ai pla-ni-fié. Oui moi ça, j’ai planifié. Ya un sage quelque part qui a dit que des objectifs qui ne sont pas écrits sont de simples souhaits. Alors j’ai mis sur papier mes courts objectifs réalistes et mesurables. Je me suis trouvé des stratégies et alternatives pour remplacer les mauvaises habitudes. Je te donne un exemple: t’achète toujours une boisson glacée (full sucrée) ou autre dehors, ben traîne-toi toujours une bouteille d’eau dans ton sac. Ça va te bourrer c’est sûr. En tous cas, ça marche pour moi. Ou encore, t’as toujours un petit creux vers les 23h? Ben c’est pas compliqué, va te coucher, ou bois de l’eau, tiens. Ou encore fais comme moi qui me lave les dents tôt pour ne plus rien manger après. Car si je mange, je vais devoir me relaver les dents, et je suis ben trop lazy pour ça, ca fait que je mange pas tout court. Oui, je suis niaiseuse de même.

Anyways, c’est important de se rapeller pourquoi on veut changer et aussi, de se faire confiance. Je pense que c’est ce qui me manquait le plus. Je n’avais pas confiance à ma capacité de pouvoir changer. C’est comme si je m’étais condamnée moi-même. Je reprends tranquillement le contrôle de ma vie, and it feels good!

 J’ai réalisé beaucoup de choses au courant de l’année. J’ai réalisé qu’ inconsciemment,  j’ai toujours voulu être le héros de tout le monde pour recueillir l’approbation et l’amour de tous. En ce moment, je m’en côl****. Je veux être le héros de ma propre vie, de ma propre histoire.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s