Mon histoire de cancer: Partie 2

Le jour du rendez-vous, je décide d’y aller en métro, car j’aime bien gambader en ville. Je considère que c’est du temps que je passe avec moi-même, mon “me time”. Une fois rendue à la clinique, mon tour passe rapidement. Je m’installe dans le bureau du médecin pendant que celui-ci consulte mon dossier.

-It was cancerous. Dit-il.

-Okay.Dis-je. Juste “Okay”. Pas trop de questions de ma part, comme d’habitude.

Je m’y attendais un peu. Ça fait des mois, presque un an, que je me prépare à ça. Mais se le faire annoncer, c’est différent. Ça paraît comme une sentence au début ou comme si je rejoins une secte. Ma raison prends le dessus. Je me dis que je suis jeune, que la science et la médecine ont beaucoup évolué et que je suis suivie par des gens très compétents. Ca devrait bien aller.

Le médecin m’explique que j’avais 2 types de tumeurs; carcinome papillaire et folliculaire. La papillaire était à ses débuts avec 0,5 cm et la folliculaire à 2,5 cm avec invasion vasculaire.

MAIS, comme me le dit le gentil docteur, j’ai pogné le meilleur cancer. Haha! Merci cancer, je suis flattée.

Il me donne donc la date de ma prochaine chirurgie. Le rendez-vous est ainsi terminé. Merci bonsoir. Next!

Je sors de l’hôpital un peu perdue. Je me sens Okay. Je ne sens rien en fait, comme un robot. “Hey la grande, tu viens d’apprendre que t’as un cancer”, me dit ma petite voix à l’intérieur. Je l’étouffe. Je ne voulais pas dealer avec ça tout de suite. Mon cerveau prend du temps à procéder l’information, surtout les mauvaises nouvelles. Je ne sais juste pas comment réagir et quoi ressentir sur le moment. J’ai ce sentiment d’un calme détaché. Et j’ai aussi une autre voix qui me dit: “Cry me a river! Come on, c’est juste le cancer de Thyroïde, facile!”. Elle, je l’écoute souvent.

Lorsque je descends au métro, j’entends un musicien jouer du violon avec grâce. J’aime beaucoup le violon. La seconde que mon oreille capte le son de l’instrument, une zone de mon cerveau se réveille instantanément. Il réveille ce que moi je laisse endormi, les émotions. De façon surprenante, tout remonte à la surface. Cette musique vient me chercher au plus profond de moi-même. Elle me place dans un état de mélancolie où je veux juste m’asseoir, fermer les yeux, et ne plus bouger. Tout à coup, je me sens vieille dans mon âme et fatiguée dans mon esprit.
Le métro arrive et me ramène vite sur terre. Il a interrompu ce moment dont mon corps avait besoin, cette petite pause dans mon rythme de vie effréné. C’est comme quand on part en voyage, on ne veut pas revenir à notre réalité citadine.

Le lendemain, c’était mon 31e anniversaire. Je me suis levée comme tous les autres matins, peut-être un peu plus reconnaissante de la vie. Bizarre à dire car ça parait paradoxale, je sais. Mes amies sont venus me voir ce jour-la et ça fait du bien. La nouvelle inquiète mais on a tous confiance. Tan qu’il y a de la vie, ya de l’espoir. Peu importe ce qui peut m’arriver dans la vie, je souhaite toujours d’avoir assez de force et de patience pour passer à travers.

J’avais terminé l’école et cela me fit un grand bien. Je pouvais tranquillement me préparer à la chirurgie, sans le stress de remettre un travail de session quelconque. Cette fois-ci, j’ai averti le médecin que je voulais être gardée pour la nuit après l’opération. Je n’avais pas envie de jouer les héros encore.

J’ai bien profité de mes vacances pour faire ce qui me fait plaisir et passer du temps avec ceux qui me font du bien. Mes enfants fréquentent la garderie, ce qui me laisse me reposer. Oui, ils sont trop jeunes, mais je ne me culpabilise pas pour ça. Maman doit penser à elle car deux enfants de suites, c’est très difficile.Depuis mon dernier accouchement, je suis devenue très irritable. C’est un coté de moi que je n’aime pas. Je travaille la-dessus, et surtout beaucoup de self-discipline. Je ne veux donc pas laisser place au négativisme, mon corps ne le mérite pas et ce n’est pas le moment. Je dois le nourrir que de bonnes choses, autant sur le plan alimentaire, psychologique que spirituel. C’est une tâche difficile.

Le jour J arrive.

Je suis fatiguée les amis. Je reviendrais et merci beaucoup de me lire!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s