Mon histoire de cancer: Partie 3

img_6059-2

Une selfie avant l’opération.

Desfois, ça ne me tente pas trop de revenir sur tout le processus par lequel j’ai passé. Cela demande de revivre ces moments et ces émotions que des desfois, on veut pas trop. Mais comme le disent tous les psys de la Terre: c’est en y faisant face qu’on peut enfin avancer.

Alors voila, le jour J.
Puisque j’étais plus relax et mieux préparée que la dernière fois, je n’étais pas trop stressée pour ma 2e opération. J’aimais bien mon chirurgien; je me sentais en confiance et je savais que j’étais entre de très bonnes mains. C’est niaiseux, mais ce sont ce genre de détails qui font que je suis très reconnaissante et que je dis Merci, Merci, Merci.
La dernière fois que je m’étais présentée pour la 1ère opération, on m’avait fait attendre presque 2 heures avant de me faire rentrer en salle d’op. C’est 2 heures de sommeil que j’aurais pu me garder tsé. Alors cette fois-ci, je ne comprenais pas trop pourquoi je devais encore me présenter à 7 heures; J’ai donc décidé de prendre ça ben relax et d’arriver en retard (presque). Lorsque je me suis présentée, ils étaient tous entrain de m’attendre debout dans le corridor menant à la salle d’op. Hihihi, j’en riais presque! On me pressait pour me changer!
Contrairement à la dernière fois, on m’a fait marcher jusqu’à la table d’opération. Je m’y suis donc installée avec dignité, comme une grande. Vous savez, j’ai jamais remarqué à quel point une salle d’opération c’est tellement propre que tout brille! Ou était-je aveuglée par les lumières fluorescentes de la salle? Anyways,couchée sur le dos, on me répete encore quelques procédures, on me contentionne les mains, on me dit que je vais dormir bientôt. Mais je les arrête: ”Attendez, mon nez me pique, décontentionnez-mois.” On enlève mes contentions, je me gratte le nez, on me recontentionne, et je pars vite dans les vapes.
Avant de fermer les yeux, j’ai une petite pensée pour tous ceux et celles qui vivent des moments difficiles autour de moi, et je fais une prière pour eux.

3 heures plus tard, je me réveille d’une douceur incroyable, comme la belle au bois dormant. La première chose qui m’était venu en tête est:”Comment ça j’ai pas si mal?”. Je m’attendais à pire. Je n’avais pas beaucoup de douleur à ma cicatrice, c’était plutôt ma nuque et mon dos qui me faisait mal, dû à l’intubation. Je ne me sentais pas brouillée comme la 1ère fois. J’étais wide awake. Après 2 heures, j’ai dit que j’étais prête à partir, qu’on pouvait appeler mon mari et qu’il n’était pas question de passer la nuit à l’hôpital! J’étais ben trop bien pour ça, voyons! Par contre, il fallait attendre 6h avant de quitter, car on devait me faire régulièrement des prises de sang pour évaluer mon taux de calcium qui risquait de chuter après une thyroidectomie totale. 6h plus tard, tout est normal, je peux partir! Mon mari qui peut enfin rentrer dans la salle de réveil pour me voir essaie de me résonner pour passer au moins la nuit, mais je réussi à le convaincre que cela n’a rien avoir avec ma première expérience, que je suis super correcte! :”Mais t’as dit la même chose la dernière fois!” dit-il. ”Je te jure que je suis ben ben correcte promis. Pas de douleur, pas de nausées! J’ai même une meilleure voix! I’m good to go!”, dis-je. C’est ainsi qu’on est parti.

Effectivement, j’avais raison cette fois-ci. La convalescence fut beaucoup plus rapide. Je suis étonnée et émerveillée à quel point le corps humain est fort et qu’il peu se reprendre très vite (desfois). Peut-être que je suis chanceuse? Je sais très bien que ce n’est peut-être pas le cas de tout le monde. Chacun sa capacité et c’est ben correct. Ce n’et pas parce que quelqu’un souffre plus qu’il est moins patient ou moins fort. C’est très important de connaitre ses limites et de les respecter. Et si tu feel pas parce que ça te tente pas de feeler, c’est ben correct aussi!
Ce qui a été difficile après la chirurgie c’est l’ajustement à un nouveau médicament, le Synthroid. Puisque je n’avais plus de Thyroide, je suis tombée en hypothyroidie big time. Le médicament prends quelques semaines avant de faire effet. J’ai donc passé une petite phase de déprime. Je pleurais souvent sans causes valables, je ne voulais pas me lever du lit, j’étais toujours endormie, une zombie quoi… Lorsqu’on s’inquiétait pour moi, je répondais toujours de ne pas s’en faire. Je savais que ça n’allait pas durer. Je trouve que ça m’aide moralement de se dire à soi-même :”Don’t worry, ca va passer. Donne-toi du temps”. Cela me permet d’accepter mes émotions et mon état, de les normaliser sans les exagérer, et aussi de respirer un peu.
Cela a duré 3 semaines. Le Synthroid commencait tranquillement à faire son effet. Malgré une grande fatigue et de la somnolence, cela me faisait du bien de retrouver un semblant de normalité. Avoir des émotions intenses et hostiles, c’est pas l’fun. Merci Synthroid.
Après la chirurgie, j’avais un rendez-vous de prévue avec l’endocrinologue pour commencer le traitement radioactif à l’iode. Et ça mes amis, ça sera pour une autre fois! Merci encore beaucoup de me lire et merci pour votre belle énergie tout le monde!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s