Stigmate

photo-1471872973917-3e115886ed07Voici un texte que j’avais écris après avoir quitté mes études en soins infirmiers. Un texte qui m’a fait du bien d’écrire car j’étais si en colère..Vous pouvez lire la version anglais : “I had a dream”, pour comprendre l’histoire.

Il fut une ère où je rêvais d’être infirmière
Si proche de le devenir, voila que j’en deviens étrangère
Et que soudain, tout ce monde me parait austère
Ma différence, je dois l’afficher sur une bannière
Sinon, ils croient que je la prends à la légère
Sur mon sujet, ils déblatèrent et en firent un séminaire
Pour eux, c’est toute une première, ca mérite étude de l’affaire

Je ne comprends plus rien à leurs critères, ni à leur façon de faire
Particulière, à croire que je suis une erreur
Minoritaire, de vous je diffère
Je ne vis plus rien, je ne vis que des barrières
Je ne sentais pas qu’on me considère
J’étouffe, je manque d’air
Insupportable l’atmosphère
Ca devient un calvaire, je galère
Vivant tout en solitaire, préférant me taire
Voulant être à la hauteur, de peur de déplaire

Je maudis celles qui tentèrent de me duper, de bassesses de première

Elles disent m’évaluer, mais elles trichèrent
Leurs intentions sournoises, je ne suis pas dupe, je les voyais clair
Elles m’attira des sentiments qu’il vaut mieux taire
Des sentiments qui jaillirent aussi fort qu’un coup de tonnerre
Ce spécimen, point je ne le tolère
Ces souvenirs, j’aurais souhaité le laisser loin derrière
Impossible, ils se  sont imprégnés dans ma chair
Et le fiel s’épanche dans mes viscères
Pourtant, je ne suis point rancunière

Sans oublier ces auxiliaire
Qui me déclarèrent la guerre, sales caractères
Ces vipères: un rien, elles l’exagèrent
À continuellement surveiller mes arrières
Elles ont su me mettre à terre, et me faire perdre mes repères
Éclairs de haine et de colère !
Plus rien n’est clair, plus rien je ne sais faire
Tous dégénèrent, tranquillement je me perds
Je me sens si nul, si peu exemplaire
Je ne souhaitais que de m’enfouir sous terre
Ma ténacité dont j’étais fière, est devenue poussière
Ma volonté de fer qui m’était si chère s’est étiolée dans l’air
J’étais à ramasser à la petite cuillère
A rude épreuve étaient mes nerfs
Je commençais à m’inquiéter de mes hémisphères

Vous savez quoi ? Je laisse faire !
J’ai assez souffert. Rester à quoi ca sert ?
Je n’en ai rien à foutre de ce monde sectaire
Abdiquer et faire un trait sur ses années de misères
Ni vue, ni connue, à peine ils s’en soucièrent
Mon divorce même ne m’aurait pas couté si chère
Je crois bien que je gère
Mais je ne sais plus guère, je crois plutôt que j’ère
Tout devient flou, je ne sais quel est mon itinéraire
Ma vie, tout un mystère !?
En attendant la lumière, je verse des larmes amères
Après tout, peut-être que j’exagère
Je m’en fous, je me libère !

Meriem-2009
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s